Chronique: En attendant Bojangles

“En attendant Bojangles” au Théâtre La Pépinière. D’après le roman d’Olivier Bourdeaut. Adaptation et mise en scène de Victoire Berger-Perrin.

Le titre du roman à succès d’ Olivier Bourdeaut est inspiré par cette chanson de Nina Simone, Mr Bojangles, sur laquelle ils dansent, à toute occasion, sous les yeux émerveillés de leur fils. Quand ils se sont rencontrés, lui était bien installé dans la vie et elle, c’était un feu follet, imprévisible et extravagante.

Leur vie va alors devenir une vie où tout est possible, même l’incongru comme cet oiseau exotique qu’elle a adopté et qui devient le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire. Chez eux, tout se vit sur un autre tempo car on y vit au rythme de la folie de Madame qui propulse le père et le fils dans un univers fantaisiste, décalé, poétique et tendre. Et surtout, l’amour magique ne peut s’encombrer des contingences du quotidien. Un jour pourtant, cette existence va basculer.

 

Une pièce dynamisante

 

Le travail d’adaptation et de mise en scène qu’a accompli Victoire Berger-Perrin est remarquable. En effet, tout le charme du roman est là. Elle a su à la fois adapter tout en gardant la densité de ce texte, avec ses pépites littéraires. Grâce à la sobriété, la délicatesse mais en même temps l’efficacité de la mise en scène, nous sommes immédiatement projetés dans cette famille. On aimerait tellement faire partie de ce monde, être emportés dans ce tourbillon de fantaisie.

 

Justesse, osmose entre les comédiens

 

Le charme fou d’Anne Charrier qui joue le rôle de la mère, opère immédiatement. Elle est telle qu’on pouvait se l’imaginer à la lecture du roman. Elle sait donner corps à la drôlerie, l’esprit, la grâce et la liberté de ce personnage. Son charme s’exerce sur chacun d’entre nous. Elle réussit à nous faire croire que tout est possible.Didier Brice qui joue son mari est parfait d’élégance. Il est émouvant dans sa façon d’assumer jusqu’au bout cet amour fou. Quant à Victor Boulenger qui joue le rôle du fils unique que l’on emmènera voir les amandiers en fleurs plutôt que de perdre son temps à l’école, Il est impeccable dans ce rôle d’enfant à la maturité assurée. Il rend compte de cette vie luxuriante et des sentiments qui contribuent à son épanouissement.

Ils s’aiment jusqu’à la déraison.

On est sous le charme, bouleversés par leur interprétation de cette philosophie de la vie mais aussi pleins de bonheur et pleins d’énergie positive après ce spectacle.

 

UN PETIT BIJOU !

“En attendant Bojangles” au Théâtre La Pépinière. D’après le roman d’Olivier Bourdeaut. Adaptation et mise en scène de Victoire Berger-Perrin.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *